Salaire : Quand et comment demander une augmentation

 

 

On souhaite tous devenir indépendant financièrement. Mais en attendant, il faut travailler. Et vivre de son salaire qui n’augmente pas autant de les divers taxes. Alors il faut parfois quémander une augmentation pour conserver une capacité d’épargne suffisante, ou juste pour vivre dans le pire des cas.

Aujourd’hui, je vous propose un article rédigé par Gaetan de Legal’Easy, start up française qui vous propose son aide dans les démarches juridiques, administratives, comptables et notariales que vous soyez particuliers ou entrepreneurs. Il nous donne ici des infos à propos des augmentations de salaire.

 

Augmenter son épargne… grâce à une augmentation de salaire

Quelque soit notre emploi, notre niveau de responsabilité, on souhaite tous, secrètement ou non, une augmentation de salaire. Chacun a ses objectifs, ses projets, ses ambitions.

Une fois le Graal obtenu, d’aucuns investissent, d’autres augmentent leurs dépenses « plaisirs », en fonction de la somme obtenue et des préoccupations du moment.La revalorisation salariale peut aussi permettre tout simplement de mieux maîtriser son budget ou encore d’épargner davantage. Mais avant de parler projet, encore faut-il l’obtenir, cette fameuse augmentation !

Dans cette optique, le « timing » est essentiel. C’est ce qui nous intéresse dans cet article. Quand doit-on demander son augmentation pour maximiser ses chances de réussite ? Quels arguments mettre en avant ?  Voici quelques pistes de réflexion et des conseils qui vous aideront à déterminer le bon moment pour aller chercher votre augmentation de salaire.

 

Demander son augmentation de salaire comme tout le monde, en fin d’année ? 

La première stratégie consiste à faire comme tout le monde : attendre la  fin d’année pour demander son augmentation. Ce choix n’est pas absurde, bien au contraire, puisque c’est généralement à ce moment là que les enveloppes d’augmentation sont attribuées aux salariés.

Mais est-ce réellement opportun de demander une augmentation en même temps que tous les autres ?

Il est clair qu’à cette période ci, sauf événement exceptionnel, vous avez peu de chances de décrocher une augmentation réellement significative, le gâteau devant être divisé entre de nombreux convives…

Par ailleurs, en s’y prenant à la fin de l’année, vous risquez, en cas de refus, de devoir attendre un an de plus. En anticipant ce moment, vous pourrez obtenir l’information clé de toute négociation : « quels sont les critères de réussite pour obtenir mon augmentation. »

 

Attendre une réalisation exceptionnelle de votre part

La deuxième stratégie consiste à formuler sa demande à la suite d’un événement, d’une réalisation ou d’une réussite dans le cadre professionnel, qui du fait de son caractère exceptionnel et de ses répercussions favorables sur l’activité de l’entreprise,  rend parfaitement légitime la demande d’augmentation.

 

 

 

 

Cette option peut s’avérer efficace à condition que la « réalisation en question » soit réellement significative. Le cas échéant, le pouvoir de négociation du salarié est élevé, et il peut espérer obtenir une augmentation sérieuse… ou des garanties quant à celle-ci pour la fin de l’année.

 

L’actualité de l’entreprise ne peut être négligée

Les deux points précédents sont des questions de stratégie, des choix qui appartiennent à l’individu. Mais un autre paramètre ne peut être négligé lorsque l’on se pose la question « quand faut-il négocier ? » : il s’agit de l’actualité de l’entreprise.

D’où la nécessité de se tenir informé autant que possible de l’actualité de l’entreprise. Il s’agit de l’actualité au sens large, pas seulement de sa situation économique (même si celle-ci a un rôle majeur) :

  • Quels sont ses projets de développement de l’entreprise ?
  • Quelles sont ses priorités ?
  • Sur quels axes l’énergie est elle focalisée au moment ou vous souhaitez négocier ?

Plus vous en saurez, plus vous pourrez vous adapter et ainsi éviter de vous brûler les ailes, par exemple en allant demander une augmentation à un moment où l’entreprise traverse une période de grosses difficultés financières.

Privilégiez les périodes de croissance, ou de calme, au risque de vous faire envoyer sur les roses, vous rendant la tâche encore plus compliquée à l’avenir !

 

Gardez en tête le coût d’une augmentation de salaire pour votre employeur

Il faut au moment de la négociation que vous ayez en tête ce que vous coûtez à votre employeur et combien coûtera votre augmentation.

Vous raisonnez peut être en salaire net, mais votre employeur raisonne en coût total (vous pouvez tester un outil de calcul du salaire brut en net ici ).

Votre augmentation pour être méritée doit démontrer une contribution largement supérieure au coût pour l’employeur. Ainsi, vous ne pouvez pas simplement raisonner avec l’argument « j’ai besoin d’épargner X€ net chaque mois » pour justifier votre augmentation.Vous devez calculez ce que vous faites épargner à l’entreprise et négocier une part de cette épargne !

 

 

On vous refuse l’augmentation de salaire?

Gardez en tête qu’il existe d’autre moyens d’augmenter sa capacité d’épargne, à salaire net équivalent et sans coût supplémentaire ou moindre pour votre employeur :

  • Les tickets CESU
  • Les tickets restaurants qui ont l’avantage d’être exonérés de cotisations sociales et patronales
  • Les niches fiscales pour diminuer son impôt Bref, comme pour toute négociation, il faut avoir en tête des stratégies alternatives !

 

,

2 Responses to Salaire : Quand et comment demander une augmentation

  1. Direct Emploi 22 novembre 2013 at 10:32 #

    Merci pour ces bons conseils. Je recommande votre article à toutes les personnes qui veulent une augmentation. En cas de refus d’augmentation je pense qu’il est intéressant de demander à son patron sous quelles conditions il faut augmenterai votre salaire. Cela vous donne donc une ligne directrice et si vous arrivez à atteindre l’objectif il ne pourra plus vous la refuser !

    • Ecoseb 14 février 2014 at 17:01 #

      Salut !

      Vraiment désolé de répondre si tard je n’avais pas vu ce commentaire !  
      En cas de refus d’augmentation en effet c’est bon de discuter avec son patron de la raison. D’ailleurs on dit souvent « négocier une augmentation » ça implique forcément une discussion 🙂 Si on ne fait que la demander sans avancer d’argument, pas étonnant que le patron refuse sans argumenter. Un suivi de carrière de l’employé donne une bonne ligne directrice en effet, mais attention, elle peut aussi être une belle carotte pour faire avancer l’âne.

Laisser un commentaire

Powered by WordPress. Designed by WooThemes